≡ Menu

Mal de dos, la double punition

Le mal de dos est un des rares problèmes ou l’on est puni deux fois : par son corps et par les réactions de notre entourage. En effet, le mal de dos est mal compris par les non-souffrants qui considèrent souvent que c’est presque un manque de courage que de se plaindre de son dos. Pourtant, j’aimerais bien voir certains de ces « imbéciles » avec une crise de sciatique provoquée par une hernie discale, ils seraient bien moins fiers et courageux je pense …

Car le mal de dos est souvent interprété par ceux qui ne souffrent pas ou peu, comme bénin. C’est que les gens d’une manière générale connaissent peu de choses sur le sujet et manquent d’empathie par nature et/ou éducation. Ils ont déjà eu dans leurs vies des courbatures à cause du sport (« bonnes douleurs »), mais jamais de lésions du dos. Et un peu comme certains traitent les chômeurs de glandeurs, on traite les malades du dos de mauviettes qui n’encaissent pas de petites douleurs.

Double punition pour les malades du dos

Si vous dites que vous avez un cancer, les gens seront solidaires. Si vous avez mal au dos, on vous dira de faire des efforts, de moins vous plaindre et de muscler votre dos … Psychologiquement c’est difficile car vous êtes en souffrance et des tas d’ignorants qui ne savent même pas ce qu’est un disque intervertébrale vous inondent de leurs conseils et/ou reproches bidons. Au quotidien, cela peut miner votre moral. Sans demander la pitié, on peut au moins être reconnu en tant que personne en souffrance.

Pour éviter la double punition, il vaut mieux ne pas étaler ses problèmes à n’importe qui car cela ne sert à rien. En cas de forte souffrance physique qui induira fortement une souffrance psychologique, il vaut mieux aller directement voir un psy ou en parler à son médecin traitant car eux peuvent comprendre, sont formés et payés pour ça !

On ne peut pas rire de tout avec tout le monde dit-on, et bien c’est pareil avec le mal de dos, on ne peut pas en parler avec tout le monde ! Le mieux est donc de ne pas parler trop à ceux qui ne risquent pas de prendre votre problème au sérieux et d’échanger avec d’autres malades du dos qui à priori feront preuve d’un peu plus d’empathie.

Un seul mot, courage à tous.

{ 0 commentaires… add one }

Leave a Comment